Je veux tout savoir

Les îles Canaries

Vkontakte
Pinterest




le les îles Canaries, bien que politiquement une partie de l'Espagne, ne sont qu'à 67 miles de la côte du Maroc sur le continent africain. Archipel composé de sept îles principales, d'une île mineure et de plusieurs petits îlots, tous d'origine volcanique, ils appartiennent à l'écorégion de Macaronésie, qui contient également les îles des Açores, de Madère et du Cap-Vert.

La communauté autonome des îles Canaries a été créée par le statut d'autonomie du 10 août 1982. Le statut de capitale est partagé par les deux villes de Las Palmas de Gran Canaria et Santa Cruz de Tenerife.

Les habitants appellent leur patrie, "La terre du printemps éternel", en raison de son climat subtropical, réglementé par le Gulf Stream et les alizés. Le fait que quatre des parcs nationaux d'Espagne soient situés dans les îles Canaries reflète l'extraordinaire richesse de la beauté naturelle de ces îles. En raison de ces deux facteurs, plus de 10 millions de touristes visitent les îles chaque année.

Étymologie

Le nom "Islas Canaria" est probablement dérivé du terme latin Insula Canaria, ce qui signifie l'île des chiens, un nom appliqué à l'origine uniquement à Gran Canaria. La population dense d'une race endémique de chiens grands et féroces, semblable au dogue des Canaries (en espagnol, el Presa Canario), a peut-être été la caractéristique qui a le plus frappé les quelques anciens Romains qui ont établi le contact avec les îles par la mer.

Géographie et géologie

Macaronésie

Les îles Canaries sont incluses dans l'écorégion de Macaronésie, qui se compose de plusieurs groupes d'îles de l'océan Atlantique Nord près de l'Europe et de l'Afrique du Nord appartenant politiquement aux trois pays du Portugal, de l'Espagne et du Cap-Vert. La Macaronésie se compose des quatre archipels des Açores, de Madère, du Cap-Vert et des îles Canaries.

Les îles Canaries ont été formées par des éruptions volcaniques il y a des millions d'années et se composent de deux groupes; un groupe occidental et un groupe oriental.

Les îles de Tenerife, Gran Canaria, La Palma, La Gomera et Ferro forment le groupe occidental. Ce groupe se compose de pics montagneux qui s'élèvent directement du fond océanique profond. Ces îles culminent à plus de 4 000 pieds (1 200 mètres) à leurs points les plus élevés, le Teide Peak à Tenerife atteignant 12 198 pieds (3 718 mètres), le point le plus élevé du sol espagnol.

Lanzarote, l'île de Fuerteventura et six îlots forment le groupe oriental, qui surmonte un seul plateau sous-marin, la crête des Canaries, qui s'élève à environ 1400 pieds (1400 mètres) du fond de l'océan.

Le volcan Teide de Tenerife est la plus haute montagne des territoires espagnols et le troisième plus grand volcan de la Terre. Toutes les îles, à l'exception de La Gomera, sont actives depuis un million d'années; quatre d'entre eux (Lanzarote, Tenerife, La Palma et El Hierro) ont des enregistrements historiques d'éruptions depuis la découverte européenne.

Régulé par le Gulf Stream et les alizés, le climat est subtropical. Il y a peu de variation saisonnière de la température. Les précipitations sont faibles, ne dépassant pas souvent 10 pouces (250 mm), à l'exception des côtés nord-est au vent des îles, où elles peuvent atteindre 30 pouces (750 mm) par an.

Quatre des treize parcs nationaux d'Espagne sont situés dans les îles Canaries, plus que toute autre communauté autonome. Les parcs sont:

Hacha Grande, une montagne au sud de Lanzarote, vue de la route de la Playa de Papagayo.ParkIslandParque Nacional de la Caldera de TaburienteLa PalmaGarajonay National ParkLa GomeraTeide National ParkTenerifeTimanfaya National ParkLanzarote

La vie végétale et animale

Oiseau de paradis sur les îles Canaries.Pêcher dans les profondeurs sous-marines au large de Las Palmas de Gran Canaria, Îles Canaries.

Les sols des îles sont d'une nature volcanique riche et soutiennent ainsi une grande variété de végétation. La variance de l'élévation se traduit par une variété de zones climatiques et une différence de vie végétale qui en dépend. Du niveau de la mer à environ 1300 pieds (400 mètres), on trouve des plantes caractéristiques des zones chaudes et arides, et des zones mieux arrosées ou irriguées donnent des récoltes de bananes, d'oranges, de café, de dattes, de canne à sucre et de tabac. D'environ 1300 à 2400 pieds (400 à 730 mètres), le climat est plus méditerranéen, et les céréales, les pommes de terre et les raisins sont les principales cultures. Un climat plus frais existe à des altitudes plus élevées qui supporte des peuplements de houx, de laurier, de myrte et d'autres arbres.

La vie des oiseaux comprend des espèces européennes et africaines, comme le tétras à ventre noir; et une riche variété d'espèces endémiques, notamment:

  • Canari
  • Graja (endémique de La Palma)
  • Pinson bleu
  • Îles Canaries Chiffchaff
  • Fuerteventura Chat
  • Tenerife Goldcrest
  • Madeira Firecrest
  • Pigeon de Bolle
  • Pigeon Laurier
  • Pigeon de Trocaz
  • Plain Swift

La faune terrestre comprend des geckos (comme le gecko des Canaries rayé) et des lézards des murailles, et trois espèces endémiques de lézards géants récemment redécouverts et en danger critique d'extinction: le lézard géant El Hierro (ou lézard géant Roque Chico de Salmor), le lézard géant La Gomera, et La Palma Giant Lizard. Certains mammifères endémiques, la souris de lave et le rat géant des îles Canaries, ont disparu, tout comme la caille des îles Canaries et la chiffchaff des îles Canaries.

La vie marine trouvée dans les îles Canaries est également variée, étant une combinaison d'espèces de l'Atlantique Nord, de la Méditerranée et endémiques. Ces dernières années, la popularité croissante de la plongée sous-marine et de la photographie sous-marine a fourni aux biologistes de nombreuses nouvelles informations sur la vie marine des îles.

Vallée d'Oratova, vue vers le Pico de Teide.

Les espèces de poissons dans les eaux entourant les îles comprennent de nombreuses espèces de requins, de raies, de murènes, de brèmes, de crics, de grognements, de poissons-scorpions, de balistes, de mérous, de gobies et de blennies. En outre, il existe de nombreuses espèces d'invertébrés, notamment des éponges, des méduses, des anénomes, des crabes, des mollusques, des oursins, des étoiles de mer, des holothuries et des coraux.

Il y a un total de cinq espèces différentes de tortues marines qui sont observées périodiquement dans les îles, la plus courante d'entre elles étant la tortue caouanne en voie de disparition; cependant, les pêcheurs locaux continuent de prendre cette espèce en voie de disparition. 5 Les quatre autres sont le Green, Hawksbill, Leatherback et Kemp's Ridley Turtle. Actuellement, il n'y a aucun signe que l'une de ces espèces se reproduit dans les îles, donc celles que l'on voit dans l'eau migrent généralement. Cependant, on pense que certaines de ces espèces ont pu se reproduire dans les îles dans le passé, et il y a des enregistrements de plusieurs observations de tortues luth sur les plages de Fuerteventura, ajoutant de la crédibilité à la théorie.

Histoire

Temps anciens et précoloniaux

Les îles étaient connues des Phéniciens, des Grecs et des Romains et sont mentionnées dans un certain nombre de sources classiques. Par exemple, Pline l'Ancien décrit une expédition carthaginoise aux Canaries, et ils peuvent avoir été les îles fortunées d'autres écrivains classiques. Le roi Juba, le protégé romain, a envoyé un contingent pour rouvrir l'installation de production de colorants à Mogador au début du premier siècle de notre ère.6 Cette même force navale a ensuite été envoyée pour une exploration des îles Canaries, en utilisant Mogador comme base de mission.

Lorsque les Européens ont commencé à explorer les îles, ils ont rencontré plusieurs populations autochtones vivant à un niveau technologique néolithique. Bien que l'histoire de la colonisation des îles Canaries soit encore peu claire, l'analyse linguistique et génétique semble indiquer qu'au moins certains de ces habitants partagent une origine commune avec les Berbères d'Afrique du Nord. 7 Les habitants précoloniaux sont devenus collectivement connus sous le nom de Guanches, bien que Guanches était à l'origine le nom des habitants indigènes de Tenerife.

Conquête castillane

Alonso Fernández de Lugo présentant les rois indigènes capturés de Tenerife à Ferdinand et Isabelle

On prétend que le Portugal avait découvert les Canaries dès 1336, bien qu'il semble y avoir peu de preuves à ce sujet. En 1402, la conquête castillane des îles a commencé, avec l'expédition de Jean de Béthencourt et Gadifer de la Salle, nobles et vassaux d'Henri III de Castille, sur l'île de Lanzarote. De là, ils ont conquis Fuerteventura et El Hierro. Béthencourt a reçu le titre de roi des îles Canaries, mais a continué à reconnaître le roi Henri III comme son suzerain.

Béthencourt a également établi une base sur l'île de La Gomera, mais il faudra de nombreuses années avant que l'île ne soit vraiment conquise. Les natifs de La Gomera, de Gran Canaria, de Tenerife et de La Palma, ont résisté aux envahisseurs castillans pendant près d'un siècle. En 1448, Maciot de Béthencourt a vendu la seigneurie de Lanzarote au prince portugais Henri le Navigateur, une action qui n'a été acceptée ni par les indigènes ni par les Castillans. Une crise se transforma en révolte qui dura jusqu'en 1459 avec l'expulsion définitive des Portugais. Enfin, en 1479, le Portugal a reconnu le contrôle castillan des îles Canaries dans le traité d'Alcaçovas.

Les Castillans ont continué à dominer les îles, mais en raison de sa topographie ainsi que des compétences de résistance des Guanches indigènes, la pacification complète n'a pas été atteinte avant 1495, lorsque Tenerife et La Palma ont finalement été maîtrisés par Alonso Fernández de Lugo. Après cela, les Canaries ont été incorporées au Royaume de Castille.

Après la conquête

Cartes des îles Canaries dessinées par William Dampier lors de son voyage à New Holland en 1699.

Après la conquête, les Castillans ont imposé un nouveau modèle économique, basé sur la monoculture: première canne à sucre; puis le vin, un élément important du commerce avec l'Angleterre. À cette époque, les premières institutions du gouvernement colonial ont été fondées. Gran Canaria et Tenerife, une colonie espagnole depuis 1495, avaient des gouverneurs distincts.

Les villes de Las Palmas de Gran Canaria et Santa Cruz de Tenerife sont devenues un point d'arrêt pour les conquérants, commerçants et missionnaires espagnols en route vers le Nouveau Monde. Cette route commerciale a apporté une grande prospérité à certains des secteurs sociaux des îles. Les îles devinrent assez riches et attirèrent bientôt des marchands et des aventuriers de toute l'Europe. De magnifiques palais et églises ont été construits sur l'île de La Palma pendant cette période chargée et prospère. L'église d'El Salvador survit comme l'un des plus beaux exemples de l'île de l'architecture des années 1500.

La richesse des Canaries a invité les attaques de pirates et de corsaires. L'amiral et corsaire turc ottoman Kemal Reis s'est aventuré aux Canaries en 1501, tandis que Murat Reis l'Ancien a capturé Lanzarote en 1585.

L'attaque la plus grave a eu lieu en 1599, pendant la guerre d'indépendance des Pays-Bas. Une flotte hollandaise de 74 navires et 12 000 hommes, commandée par Johan Van der Does, a attaqué la capitale, Las Palmas, qui abritait près de la moitié de la population de Gran Canaria). Les Hollandais ont attaqué le Castillo de la Luz, qui gardait le port. Les Canariens ont évacué des civils de la ville et le Castillo s'est rendu (mais pas la ville). Les Hollandais se sont déplacés à l'intérieur des terres, mais la cavalerie canarienne les a ramenés à Tamaraceite, près de la ville.

Les Hollandais assiégèrent alors la ville, exigeant la restitution de toutes ses richesses. Ils ont reçu 12 moutons et trois veaux. Furieux, ils ont envoyé 4 000 soldats pour attaquer le Conseil des Canaries, qui avait trouvé refuge dans le village de Santa Brígida. Trois cents soldats canariens ont tendu une embuscade aux Hollandais dans le village de Monte Lentiscal, tuant 150 personnes et forçant les autres à battre en retraite. Les Hollandais se sont concentrés sur Las Palmas, tentant de l'incendier. Les Néerlandais ont pillé Maspalomas, sur la côte sud de Gran Canaria, San Sebastian sur La Gomera et Santa Cruz sur La Palma, mais ont finalement abandonné le siège de Las Palmas et se sont retirés.

Une autre attaque notable a eu lieu en 1797, lorsque Santa Cruz de Tenerife a été attaquée par une flotte britannique sous le futur Lord Nelson le 25 juillet. Les Britanniques ont été repoussés, perdant près de 400 hommes. C'est au cours de cette bataille que Nelson a perdu son bras droit.

XVIIIe au XIXe siècles

L'économie sucrière des îles a dû faire face à une forte concurrence des colonies américaines espagnoles. Les crises sur le marché du sucre au XIXe siècle ont provoqué de graves récessions sur les îles. Une nouvelle culture commerciale, la cochenille (cochinilla), est entrée en culture pendant cette période, sauvant l'économie des îles.

Ces difficultés économiques ont provoqué une émigration massive, principalement vers les Amériques, au cours du XIXe et de la première moitié du XXe siècle. De 1840 à 1890, pas moins de 40 000 habitants des Canaries ont émigré au seul Venezuela. Beaucoup d'entre eux se sont arrêtés et sont restés à Porto Rico, fatigués du long voyage. Plusieurs milliers de Canariens ont également émigré sur les côtes de Cuba. 8 Pendant la guerre hispano-américaine de 1898, les Espagnols ont fortifié les îles contre une éventuelle attaque américaine, qui n'a jamais eu lieu.

Début du XXe siècle

Au début du XXe siècle, les Britanniques ont introduit une nouvelle culture de rente, la banane, dont l'exportation était contrôlée par des sociétés comme Fyffes.

La rivalité entre les élites des villes de Las Palmas de Gran Canaria et Santa Cruz de Tenerife pour la capitale des îles a conduit à la division de l'archipel en deux provinces en 1927; la rivalité continue à ce jour.

À l'époque de la deuxième République espagnole, les mouvements ouvriers marxistes et anarchistes ont commencé à se développer, dirigés par des personnalités telles que José Miguel Perez et Guillermo Ascanio. Cependant, en dehors de quelques municipalités, ces organisations étaient minoritaires.

Régime de Franco

En 1936, Francisco Franco est nommé commandant général des Canaries. Il rejoint la révolte militaire du 17 juillet qui déclenche la guerre civile espagnole. Franco a rapidement pris le contrôle de l'archipel, à l'exception de quelques points de résistance sur l'île de La Palma et dans la ville de Vallehermoso sur Gomera. Bien qu'il n'y ait jamais eu de véritable guerre dans les îles, la répression d'après-guerre aux Canaries a été la plus sévère.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Winston Churchill a préparé des plans pour la prise britannique des îles Canaries comme base navale, en cas d'invasion de Gibraltar depuis le continent espagnol.

L'opposition au régime de Franco n'a commencé à s'organiser qu'à la fin des années 1950, qui a connu un bouleversement de partis tels que le Parti communiste espagnol et la formation de divers partis nationalistes de gauche.

Aujourd'hui

Parlement des îles Canaries

Après la mort de Franco, il y a eu un mouvement armé indépendantiste basé en Algérie, le MPAIAC. Il existe des partis politiques indépendantistes, comme le CNC et le Front populaire des îles Canaries, mais aucun d'entre eux n'appelle ouvertement à une lutte armée. Leur soutien populaire est insignifiant, sans présence ni au Parlement autonome ni au Parlement cabildos insulares.

Après l'instauration d'une monarchie constitutionnelle démocratique en Espagne, l'autonomie a été accordée aux Canaries, par une loi adoptée en 1982. En 1983, les premières élections autonomes ont eu lieu et ont été remportées par le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE). Lors des élections autonomes de 2007, le PSOE a obtenu une pluralité de sièges, mais la Coalition nationaliste canarienne et le Partido Popular (PP) conservateur ont formé un gouvernement de coalition au pouvoir. 9

Gouvernement et politique

le Communauté autonome des îles Canaries se compose de deux provinces d'Espagne, Las Palmas et Santa Cruz de Tenerife, dont les capitales (Las Palmas de Gran Canaria et Santa Cruz de Tenerife) sont co-capitales de la communauté autonome. Chacune des sept îles principales est dirigée par un conseil insulaire appelé cabildo insulaire.

Carte des îles Canaries

La frontière internationale des Canaries fait l'objet d'un différend entre l'Espagne et le Maroc. Le Maroc n'est pas d'accord avec le fait que les lois concernant les limites territoriales permettent à l'Espagne de revendiquer elle-même les limites des fonds marins sur la base du territoire des Canaries, car les îles Canaries sont autonomes. En fait, les îles ne jouissent d'aucun degré spécial d'autonomie car chacune des régions espagnoles, en tant que communautés autonomes, existe sous les mêmes réglementations et normes. En vertu du droit de la mer, les seules îles qui ne disposent pas d'eaux territoriales ou d'une zone économique exclusive (ZEE) sont celles qui ne sont pas propres à l'habitation humaine ou qui n'ont pas de vie économique propre, ce qui n'est clairement pas le cas de la Les îles Canaries.

La limite est pertinente pour d'éventuels gisements de pétrole des fonds marins et pour l'exploitation d'autres ressources océaniques. Le Maroc n'accepte donc pas formellement la frontière territoriale; il a rejeté la désignation unilatérale en 2002 d'une ligne médiane en provenance des îles Canaries. 10

Les îles ont 13 sièges au Sénat espagnol. Parmi ceux-ci, 11 sièges sont élus directement, trois pour Gran Canaria, trois pour Tenerife, un pour chaque île; deux sièges sont élus indirectement par le gouvernement autonome régional.

Économie

L'économie des îles Canaries repose principalement sur le tourisme, qui représente 32% du PIB. Les Canaries reçoivent environ 10 millions de touristes par an. La construction représente près de 20% du PIB et l'agriculture tropicale, principalement les bananes et le tabac, est cultivée pour l'exportation vers l'Europe et les Amériques. Les écologistes craignent que les ressources, en particulier dans les îles les plus arides, soient surexploitées, mais il reste de nombreuses ressources agricoles comme les tomates, les pommes de terre, les oignons, la cochenille, la canne à sucre, les raisins, les vignes, les dattes, les oranges, les citrons, les figues, le blé, l'orge, le maïs. , abricots, pêches et amandes.

Gran Telescopio Canarias, 2006.

L'économie est de 25 milliards d'euros (chiffres du PIB 2001). Les îles ont connu une croissance continue sur une période de 20 ans jusqu'en 2001, à un rythme d'environ 5% par an. Cette croissance a été alimentée principalement par des quantités énormes d'investissements étrangers directs, principalement pour développer l'immobilier touristique (hôtels et appartements) et les fonds européens (près de 11 milliards d'euros sur la période 2000-2007), car les îles Canaries sont étiquetées comme Objectif régional 1 (éligible aux fonds structurels en euros). De plus, l'UE autorise le gouvernement des îles Canaries à offrir des avantages fiscaux spéciaux aux investisseurs qui Zona Especial Canaria (ZEC) régime et créer plus de cinq emplois.

La combinaison de hautes montagnes, de la proximité de l'Europe et de l'air pur a fait du pic Roque de los Muchachos (sur l'île de La Palma) un lieu d'observation de premier plan. le Gran Telescopio Canarias, ou "Grand Télescope des îles Canaries", parfois appelé GranTeCan, est un télescope réfléchissant de 10,4 m et entreprend des observations de mise en service au Observatorio del Roque de los Muchachos sur l'île de La Palma. Le télescope est situé sur un pic volcanique à 7 874 pieds (2 400 mètres) au-dessus du niveau de la mer et a mis sept ans à être construit. Le projet GTC est un partenariat formé par plusieurs institutions d'Espagne, du Mexique et de l'Université de Floride (États-Unis) et une initiative de l'Instituto de Astrofísica de Canarias (IAC). La construction du télescope est estimée à 130 millions d'euros.

La démographie

Les premiers habitants des îles Canaries étaient Guanche, un peuple berbère conquis par les Espagnols au XVe siècle. On pense que les habitants originels de Gaunche sont peut-être venus d'Europe centrale et méridionale en passant par l'Afrique du Nord au cours des siècles passés. Les personnes que les Espagnols ont trouvées aux Canaries avaient le teint brun, les yeux bleus ou gris et les cheveux blonds. Bien que ces caractéristiques existent toujours, les peuples des îles se distinguent aujourd'hui à peine en apparence ou en culture du peuple espagnol. 11

La langue des îles est un dialecte espagnol, connu sous le nom d '"espagnol des îles Canaries". Certains mots archaïques sont utilisés, propres aux îles, qui montrent des influences portugaises.

Voir également

Voisins

Remarques

  1. ↑ El parque nacional del Teide es el primero más visitado de Europa y el segundo del mundo. Sanborondon.info. Récupéré le 25 janvier 2012.
  2. ↑ El Teide (Tenerife) es el parque nacional más visitado de Canarias con 2,8 millones de visitantes en 2008. Europapress.es (2009-08-31). Récupéré le 25 janvier 2012.
  3. ↑ Estatuto de Autonomía de Canarias en la Página Web Oficial del Gobierno de Canarias… gobiernodecanarias.org. Récupéré le 25 janvier 2012.
  4. ↑ Chiffres officiels de la population de l'Espagne. Population au 1er janvier 2009. Instituto Nacional de Estadística de España. Récupéré le 25 janvier 2012.
  5. ↑ Groombridge, Brian et Lissie Wright. 1982. Le livre rouge de l'UICN sur les amphibiens et les reptiles. Pt.1, Testudines, crocodylia, rhynchocephalia. Gland, Suisse: UICN.
  6. ↑ C.Michael Hogan. 31 octobre 2007. Chellah Le portail mégalithique. Récupéré le 14 juin 2008.
  7. Le groupe de recherche en histoire appliquée. Sugar And The Conquest Of The Canary Islands Récupéré le 14 juin 2008.
  8. ↑ John M. Lipski. L'espagnol des îles Canaries Penn State. Récupéré le 14 juin 2008.
  9. Parlamento de Canarias. Parlement des Canaries Récupéré le 14 juin 2008.
  10. CIA World Factbook. Disputes - international Récupéré le 15 juin 2008.
  11. Encyclopædia Britannica Online. 2008. Guanche et Canario Récupéré le 17 juin 2008.

Les références

  • Crosby, Alfred. 1993. Impérialisme écologique: l'expansion biologique de l'Europe, 900-1900. Cambridge, Royaume-Uni: Cambridge University Press. ISBN 0521456908.
  • Fernández-Armesto, Felipe. 1982. Les îles Canaries après la conquête: la création d'une société coloniale au début du XVIe siècle. Oxford, Royaume-Uni: Oxford University Press. ISBN 0198218885.
  • Hanquet, Sergio. 2001. Plongée aux Canaries. Litografía A. ROMERO. ISBN 8493219509

Vkontakte
Pinterest