Je veux tout savoir

Saint Antoine

Pin
Send
Share
Send


Saint Antoine le Grand (251 - 356 C.E.), également connu sous le nom de Saint Antoine d'Egypte, Saint Antoine du désert, Saint Antoine l'Anchorite, et Le père de tous les moines, était un ascète paléochrétien, plus tard sanctifié pour son dévouement exemplaire au mode de vie et aux enseignements du Christ. Il était un leader officieux et porte-parole des Pères du Désert, un groupe vaguement organisé d'ermites chrétiens qui ont quitté le foyer et la maison pour s'installer dans le rude désert d'Eyptian comme une forme de imitatio Christi.

Bien qu'aucun texte survivant ne lui soit attribué sans équivoque, la vie d'Anthony est racontée avec beaucoup de détails hagiographiques dans l'évêque Athanase. Vita Antonii - la source de nombreux récits de ses efforts spirituels et les moyens par lesquels le reste de la politique chrétienne a eu connaissance de ce «moine» égyptien à la retraite.1

Sa fête est célébrée le 17 janvier dans certaines églises, mais célébrée le Tobi 22 (30 janvier) dans l'Église copte orthodoxe et l'Église copte catholique (qui ont toutes deux les liens culturels et géographiques les plus étroits avec lui).

La vie de Saint Antoine

Le contexte

Bien qu'Anthony soit souvent reconnu comme le "Père du monachisme", un tel titre est quelque peu trompeur, car des formes érémétiques (solitaires, souvent désertiques) de monachisme chrétien, juif et païen étaient déjà pratiquées dans le monde connu. Par exemple, le philosophe juif hellénisé Philon d'Alexandrie (20 avant notre ère - 40 avant notre ère) a décrit de telles personnes dans son De vita contemplativa («On the Contemplative Life»), où il note que leurs habitations individuelles (et les organisations communales peu organisées) étaient établies depuis longtemps dans les environnements difficiles entourant le lac Mareotis (près d'Alexandrie) et dans d'autres régions moins accessibles. Son récit est remarquable pour aborder à la fois les réalités de leur renoncement et aussi les motivations qui pourraient sous-tendre un chemin spirituel si difficile. Les renonçants ont été loués pour leur singularité de but, car << ils gardent toujours un souvenir impérissable de Dieu, de sorte que même dans leurs rêves aucun autre objet ne se présente à leurs yeux, à l'exception de la beauté des vertus divines et des pouvoirs divins. "2

Ainsi, selon les écrits de Philon, la voie du renoncement n'aurait pas été un mode étranger de praxis spirituelle pour Anthony, qui a été élevé comme chrétien égyptien. En effet, E. C. Butler note:

Bien avant le temps d'Anthony, il était habituel pour les chrétiens de pratiquer l'ascétisme, de s'abstenir de se marier et de s'exercer à l'abnégation, au jeûne, à la prière et aux œuvres de piété; mais ils l'avaient fait au milieu de leurs familles, sans quitter leur maison ou leur maison. Plus tard en Égypte, ces ascètes ont vécu dans des huttes, à la périphérie des villes et des villages, et c'était la pratique courante vers 270. "3

Cependant, la contribution d'Anthony, comme discuté ci-dessous, était comme un exemple dont les exploits ont été publiés bien au-delà de sa région désertique, faisant connaître son mode de monachisme dans le monde chrétien. Il a été l'un des premiers à renoncer au désert, niant les soutiens du foyer et de la communauté sur lesquels s'appuie la grande majorité de ses prédécesseurs.

Histoire textuelle

La plupart de ce que nous savons de la vie d'Anthony provient du grec vita («La vie d'Antony») d'Athanase (d. 373), un texte qui a eu une grande influence dans le monde chrétien oriental. Après sa composition, il fut bientôt traduit en latin, ce qui permit à son influence de s'étendre dans toute la moitié occidentale du Saint-Empire romain germanique.

D'autres informations sur sa vie proviennent d'une sélection limitée d'homélies et d'épîtres survivantes. Cependant, leur attribution à Saint Antoine a été largement remise en question.4

La biographie

En l'an 251 de notre ère, Anthony est né dans une famille chrétienne de la classe supérieure près d'Héraclée, en Haute-Égypte. Il a eu une enfance et une adolescence banales, qui ont été brisées en 271 par la mort de ses parents, qui l'ont laissé aux soins de sa sœur célibataire. Il a ensuite assisté à la messe et a été transpercé par la représentation évangélique du chemin chrétien du renoncement: "Si vous voulez être parfait, allez, vendez ce que vous avez et donnez aux pauvres, et vous aurez des trésors dans le ciel; et venez, suivez Moi "(Matthieu 19:21). Prenant ces enseignements à cœur, Anthony a décidé qu'il voulait lui aussi s'engager dans cette voie de pratique dévouée. Ainsi, il a donné sa richesse aux pauvres et aux nécessiteux et a placé sa sœur dans un groupe de vierges chrétiennes (un proto-couvent), se libérant de ses obligations personnelles et financières, ce qui lui a permis de consacrer toute son énergie à la chemin du renoncement qui l'avait tant captivé.

Le maître-autel de l'église de l'ermitage à Warfhuizen aux Pays-Bas avec une fresque d'Anthony Abbot et un reliquaire avec certaines de ses reliques

Le style de vie anchoritique (du grec: "se retirer") d'Anthony était remarquablement plus sévère que celui pratiqué par ses prédécesseurs ascétiques, car il fut l'un des premiers à tenter de vivre dans le désert proprement dit, complètement coupé de la civilisation. Plus précisément, il a choisi de se diriger directement vers la région des plaines alcalines arides appelée Nitra (en latin) (Wadi al-Natrun aujourd'hui), à environ 95 kilomètres à l'ouest d'Alexandrie, parmi les terrains les plus accidentés du désert occidental. Sa fuite de la société était motivée par le désir d'imiter le séjour de quarante jours du Christ dans le désert.

Pendant ce temps, le Vita (écrit par Saint Athanase) décrit la lutte entre Saint Antoine et le diable, qui "l'a affligé d'ennui, de paresse et des fantômes des femmes".5 Ce n'est qu'à travers une longue bataille et une confiance inébranlable dans le pouvoir de la prière qu'Anthony a pu sortir indemne. Après ces procès, il s'est enfermé dans une tombe, comptant sur certains villageois locaux pour lui fournir de la nourriture et de l'eau. Encore une fois, le récit athanasien déclare que le moine a été confronté au diable, qui l'a agressé physiquement et l'a laissé pour mort. Lorsque ses patrons du village local sont venus lui rendre visite, apportant leurs cadeaux de pain et d'eau, ils ont été choqués par les détroits dans lesquels se trouvait le saint homme. Ainsi, ils ont rapidement fabriqué une litière et l'ont emmené du désert dans un local église.

Après qu'Anthony ait récupéré, il a fait un deuxième effort, allant encore plus loin dans le désert, vers une montagne du Nil appelée Pispir (maintenant Der el Memun), face à Arsinoë dans le Fayoum. Ici, il s'est enfermé dans un fort romain abandonné, où il est resté pendant environ 20 ans. Selon Athanase, le diable n'a pas perdu de temps pour reprendre son assaut contre Anthony désormais séparé, bien que son attaque ait pris une forme assez différente:

Et l'endroit était soudainement rempli de formes de lions, d'ours, de léopards, de taureaux, de serpents, d'aspic, de scorpions et de loups, et chacun se déplaçait selon sa nature ... Au total, les bruits des apparitions, avec leur colère les haillons, étaient affreux. Mais Antoine, frappé et aiguillonné par eux, ressentit encore plus les douleurs corporelles. Il regardait cependant avec une âme inébranlable, gémissant d'angoisse corporelle; mais son esprit était clair, et comme dans la moquerie, il a dit: `` S'il y avait eu un quelconque pouvoir en vous, cela aurait suffi si l'un de vous était venu, mais depuis que le Seigneur vous a affaibli, vous essayez de me terrifier par les chiffres: et une preuve de votre faiblesse est que vous prenez la forme de bêtes brutes. Et de nouveau avec hardiesse, il a dit: «Si vous en êtes capable et avez reçu du pouvoir contre moi, ne tardez pas à attaquer; mais si vous ne pouvez pas, pourquoi me déranger en vain? Car la foi en notre Seigneur est pour nous un sceau et un mur de sécurité. Ainsi, après de nombreuses tentatives, ils ont grincé des dents contre lui, parce qu'ils se moquaient de lui plutôt que de lui. 6

Face à sa foi inébranlable, les démons auraient disparu.

Alors qu'il était scellé dans le fort, Anthony ne communiquait avec le monde extérieur que par une crevasse juste assez grande pour accepter la nourriture que lui apportaient les pèlerins. Bien qu'il n'ait jamais vu ces suppliants, ses paroles de soutien et de consolation, ainsi que sa réputation d'adepte spirituel, ont progressivement attiré une foule de fidèles qui (au cours de ses vingt années d'isolement) ont formé une communauté de fortune autour de la forteresse abandonnée.

Vers 305, Anthony a finalement cédé aux demandes de sortie de son internement pour instruire la communauté. Lorsque la porte de sa cellule a été ouverte, les personnes présentes ont été choquées: bien qu'elles s'attendaient à ce qu'il dépérisse ou soit devenu fou dans son isolement cellulaire, il est sorti sain, serein et éclairé. Après ce point, il a pris un bref hiatus de son extrême érémisme, choisissant plutôt de servir comme enseignant pour la communauté:

Pendant cinq ou six ans après son émergence, il se consacre à l'instruction et à l'organisation du grand corps de moines qui a grandi autour de lui; mais il se retira une fois de plus dans le désert intérieur qui s'étendait entre le Nil et la mer Rouge, près du rivage duquel il fixa sa demeure sur une montagne où se dresse toujours le monastère qui porte son nom, Der Mar Antonios. Ici, il a passé les quarante-cinq dernières années de sa vie, dans un isolement, pas aussi strict que Pispir, car il voyait librement ceux qui venaient le visiter, et il traversait le désert jusqu'à Pispir avec une fréquence considérable. 7

Dans les années qui ont suivi, la persécution des chrétiens par l'Empire romain a atteint de nouveaux sommets, en particulier sous l'empereur Maximinius. Souhaitant démontrer la profondeur de son engagement envers la foi, Anthony s'est rendu à Alexandrie, dans l'espoir qu'il pourrait devenir un martyr. Pendant qu'il était là, il a servi ceux qui ont été emprisonnés pour l'amour de Christ et les a réconfortés. Lorsque le gouverneur a vu qu'Anthony avouait publiquement son christianisme, sans en tenir compte des conséquences potentielles, il a ordonné au saint de quitter la ville immédiatement. Cet avertissement n'a pas eu d'effet, comme en témoigne le Athanasian vita:

Antoine a si peu prêté attention à l'ordre qu'il a lavé son vêtement, et s'est tenu le lendemain sur une place surélevée devant eux, et est apparu de son mieux devant le gouverneur. Par conséquent, lorsque tous les autres se sont posé des questions à ce sujet, et que le gouverneur a vu et est passé avec sa panoplie, il s'est levé sans crainte, montrant la disponibilité de nous chrétiens. Car, comme je l'ai déjà dit, il s'est prié pour être un martyr, c'est pourquoi il a semblé comme un deuil de ne pas avoir témoigné. Mais le Seigneur le gardait pour notre profit et celui des autres, afin qu'il devienne un enseignant de nombreuses disciplines qu'il avait apprises des Écritures. Pour beaucoup, rien que de voir son mode de vie était désireux d'être des imitateurs de ses voies. Il a donc de nouveau exercé son ministère comme d'habitude auprès des confesseurs, et comme s'il était leur compagnon de captivité, il a travaillé dans son ministère.8

Après la fin de la persécution maximinienne, Anthony est retourné dans sa forteresse du désert pour reprendre ses dévotions ascétiques. Alors qu'il s'adressait volontiers aux renonçants qui s'étaient rassemblés, il était tourmenté par le sentiment qu'il laissait sa propre discipline spirituelle s'atrophier. En conséquence, il a quitté ses partisans et s'est rendu plus profondément dans le désert oriental de l'Égypte. Après trois jours de voyage, il a trouvé une source d'eau et des palmiers, où il a choisi de s'installer. Il a décrit cet endroit comme son «monastère intérieur». Cependant, Anthony n'a pas permis à sa quête spirituelle personnelle de l'emporter sur celle de ses compagnons de recherche, donc, à l'occasion, il retournait dans sa demeure précédente (dans le fort abandonné) pour leur offrir des instructions.

Après des années de culte et d'instruction constants, Anthony s'est rendu compte que la fin de sa vie approchait. Ainsi, il a convoqué ses partisans les plus dévoués autour de lui, y compris son successeur Marcarius, a divisé ses maigres possessions entre eux, et leur a décrit ses demandes funéraires. Plus précisément, il a demandé qu'ils placent son corps dans une tombe banalisée au milieu du désert, afin qu'il ne devienne pas un objet de vénération.9 Après avoir fait ses préparatifs et prononcé une brève prière, il est mort. On pense qu'il avait vécu 105 ans.

Bien qu'il ne parle que sa langue maternelle, le copte, les paroles d'Anthony ont été principalement promulguées dans les traductions grecques et dans l'athansien. La vie de Saint Antoine le Grand. Ce document, lu dans toute la communauté chrétienne, a également popularisé les récits légendaires de la vie de l'ascète. Enfin, de nombreux dictons qui lui sont attribués (et des histoires racontées à son sujet) se trouvent dans diverses collections de dictons des Pères du Désert.

Impact culturel du Vita Antonii

En raison de leur nature impressionnante et souvent fantastique, les histoires incluses dans l'hagiographie d'Anthony sont devenues des sources pour diverses entreprises artistiques, à la fois historiques et modernes. Dans le domaine des lettres, le romancier français estimé Gustav Flaubert considérait son La Tentation de Saint Antoine être son œuvre littéraire la plus importante. Plus important encore, des artistes visuels, tels que Jérôme Bosch, Mathias Grünewald, Martin Schongauer et Salvador Dalí, ont tous dépeint des incidents de la vie d'Anthony. En effet, de telles images (en particulier autour des tentations d'Anthony) sont un sujet courant pour l'art visuel européen depuis le Xe siècle.

Fondateur du monachisme

Les sectes chrétiennes catholiques romaines et de rite oriental louent Anthony comme le fondateur du monachisme chrétien. Bien qu'il ait lui-même crédité le légendaire Saint Paul l'Ermite en tant que prédécesseur, Anthony a été l'un des premiers chrétiens à s'installer dans le désert dans une tentative consciente d'imiter la vie et les souffrances du Christ. Bien que ce style de vie existait en Égypte et dans les régions avoisinantes avant son temps, Anthony peut être crédité pour son rôle d'exemplaire motivant les autres à adopter ce style de vie à travers ses enseignements et sa biographie (en particulier comme enregistré dans le Vita écrit par Saint Athanase).

Bien qu'il n'ait pas organisé de communauté monastique (ce qui s'est produit 50 ans plus tard de la main de saint Pachome), une communauté de croyants partageant les mêmes idées s'est formée autour de lui de manière organique. Le développement du monachisme organisé peut être considéré comme une conséquence naturelle de cela, en particulier pour ceux qui souhaitaient le suivre, mais avaient besoin de la compagnie des autres pour survivre aux conditions difficiles.

Le travail d'Athanase, La vie d'Anthony fournit une excellente description de la fondation de cette proto-communauté:

Et le Seigneur a rendu grâce à Antoine en parlant, de sorte qu'il a consolé beaucoup de ceux qui étaient tristes, et a mis ceux-ci en désaccord, exhortant tous à préférer l'amour de Christ avant tout ce qui est dans le monde. Et pendant qu'il les exhortait et leur conseillait de se souvenir des bonnes choses à venir et de la bonté de cœur de Dieu envers nous, «qui n'a pas épargné son propre fils, mais l'a livré pour nous tous 7», il a persuadé beaucoup de gens d'embrasser le solitaire. la vie. Et ainsi il arriva à la fin que des cellules surgirent même dans les montagnes, et le désert fut colonisé par des moines, qui sortirent de leur propre peuple, et s'inscrivirent pour la citoyenneté dans les cieux.10

Monastère de Saint Antoine le Grand

Le vestige physique le plus durable de la vie et de la mission d'Anthony se trouve dans une oasis dans les montagnes de la mer Rouge, à 155 kilomètres (100 miles) au sud-est du Caire: le monastère copte en forme de forteresse de Saint-Antoine le Grand. Cette structure, le plus ancien monastère chrétien du monde, a été fondée au milieu du IVe siècle sur le site funéraire d'Anthony. Il a récemment fait l'objet d'une couverture médiatique internationale lorsqu'un moine (travaillant avec le Conseil suprême égyptien des antiquités) a découvert une église entière du VIIIe siècle enterrée sous la structure existante, et, en dessous, des cloîtres conservés datant du IVe siècle, le plus ancien jamais mis au jour.11

Remarques

  1. ↑ Remarque: Le terme «moine» est utilisé entre guillemets parce que l'idée du monachisme chrétien était encore peu développée à cette première période de l'histoire de la tradition. En effet, Anthony était, de cette manière, un innovateur spirituel qui était responsable de la notion d'une vie chrétienne entièrement consacrée à la foi et à l'observance religieuses. Cependant, ce n'est qu'à l'époque de Saint-Pacôme que ces idées se sont formalisées dans une tradition propre.
  2. ↑ Extrait de "La vie contemplative ou les suppliants" dans Les oeuvres de Philon, traduit par C.D. Yonge, (Londres: H.G. Bohn, 1854-1890), sections II (18-20) et III (25-27). Consulté en ligne à: //www.earlychristianwritings.com/yonge/book34.html.
  3. ↑ E. C. Butler, «St. Anthony» dans L'Encyclopédie catholique. Consulté en ligne à //www.newadvent.org/cathen/01553d.htm.
  4. ↑ Bien que de telles difficultés et ambiguïtés soient frustrantes pour le spécialiste de l'histoire moderne, il faut noter que les auteurs de ces sources hagiographiques avaient des motifs très différents pour commémorer leurs «héros» religieux. Souvent, ces récits étaient le seul moyen par lequel le message ou l'exemple du saint serait jamais connu en dehors de leurs localités particulières. De cette façon, l'écriture de l'hagiographie était à la fois un moyen de transmettre cette exemplarité pour la consommation populaire et aussi de démontrer leur propre attachement aux idéaux et à la personne de la personne sainte ainsi décrite. En tant que tel, bien que l'exactitude historique soit parfois remise en question, la validité spirituelle et l'utilité de tels textes ne peuvent pas l'être. Voir Derek Kruger, «Écrire comme dévotion: composition hagiographique et culte des saints dans Theodoret de Cyrrhus et Cyril de Scythopolis». Histoire de l'église 66: 4 (déc. 1997): 707-719.
  5. ↑ Du copte La vie d'Anthony, consulté en ligne à: //www.copticchurch.org/StAnthonyGreat.htm.
  6. ↑ Saint Athanase, Vita Antony, de "Athanase: Sélectionnez des œuvres et des lettres", Pères nicéens et post-nicéens Volume IV, Series II, Philip Schaff et Henry Wace, éditeurs. New York: The Christian Literature Publishing Co., 1890. 198-199. Consulté en ligne à: //www.fordham.edu/halsall/basis/vita-antony.html
  7. ↑ E.C. Butler, «Saint Anthony», Catholic Encyclopedia, 1907.
  8. ↑ St.Athanase, 209-210.
  9. ↑ Du copte La vie d'Anthony, consulté en ligne à: //www.copticchurch.org/StAnthonyGreat.htm.
  10. ↑ Saint Athanase, 201.
  11. ↑ International Herald Tribune, 2005.

Les références

  • Le grec Vita d'Athanase. Édité par G. J. M. Bartelink («Vie d'Antoine»). Paris, 2000. Sources Chrétiennes 400.
  • La traduction latine presque contemporaine: chez Heribert Rosweyd, Vitae Patrum (Migne, Patrologia Latina. lxxiii.). Nouvelle édition critique et étude de cette traduction latine: P. H. E. Bertrand, Die Evagriusübersetzung der Vita Antonii: Rezeption - Überlieferung - Edition. Unter besonderer Berücksichtigung der Vitas Patrum-Tradition. Utrecht, 2005 (thèse). Disponible gratuitement ici.
  • Une traduction en anglais: St. Athanase. Vita Antony de "Athanase: Sélectionnez des œuvres et des lettres." Pères nicéens et post-nicéens Série II, volume IV. Sous la direction de Philip Schaff et Henry Wace. New York: The Christian Literature Publishing Co., 1890. Texte intégral disponible en ligne sur le site de l'Université Fordham Livre source médiéval. Ce compte contient des critiques pour et contre l'attribution de ce vita à Athanase.
  • Les comptes de Saint Antoine sont donnés par le Cardinal Newman ("Eglise des Pères" en Croquis historiques) et Alban Butler, La vie des saints (sous le 17 janvier).

Historique et critique

  • Bertrand, P. H. E. Die Evagriusübersetzung der Vita Antonii: Rezeption - Überlieferung - Edition. Unter besonderer Berücksichtigung der Vitas Patrum-Tradition. Utercht 2005. dissertation disponible gratuitement: 1
  • Butler, E. C. Histoire lausiaque de Palladius. 1898, 1904. Le W.K.L. Clarke Translation (Londres: SPCK et New York: Macmillan, tous les deux 1918) est disponible en ligne dans le Medieval Sourcebook de l'Université Fordham.
  • Butler, E. C. «Saint Antoine le Grand». Encyclopédie catholique, 1908.
  • Kruger, Derek. "L'écriture comme dévotion: composition hagiographique et culte des saints dans Theodoret de Cyrrhus et Cyril de Scythopolis." Histoire de l'église 66: 4 (déc. 1997): 707-719.
  • Rubenson, S. Les lettres de saint Antoine: le monachisme et la fabrication d'un saint. Minneapolis, MN: Augsburg Fortress Publishers, 1995.

Liens externes

Tous les liens ont été récupérés le 31 août 2019.

  • Un compte-rendu hagiographique de la vie de saint Antoine de l'Église copte
  • "Discours sur les démons", traduit par le révérend H. Ellershaw.
  • "Lettre à Théodore", traduite par le révérend Daniel et Esmeralda Jennings.

Voir la vidéo: Prière très efficace à Saint Antoine de Padoue (Avril 2020).

Pin
Send
Share
Send